IMG_6896

Football africain : Ahmed Ould Yahya dit tout !

 

 

IMG_0612Membre du Comité exécutif de la CAF, le gouvernement du football africain, le président de la FFRIM, Ahmed Yahya fait partie des dirigeants qui comptent dans le football continental. Mais pas seulement par cette seule présence mais aussi par des mesures hardies qu’il est entrain de prendre et qui ont permis au football de faire de grands bonds en avant en se qualifiant à deux phases finales de CHAN en 2014 et en 2018. Invité de l’AFU, il est revenu sur le chantier qu’est devenu le football mauritanien et ses ambitions à court et moyen dans cet entretien ayant dépassé le temps d’un match de 90 minutes.

ahmed_infatino_jibril_11276528_18768038

Questions : Comment êtes-vous passé d’armateur à dirigeant de football ?
Ahmed Yahya : Je suis toujours armateur, je suis dans le secteur de la pêche, opérateur économique dans mon pays. Et j’arrive à allier les deux même si le football prend de plus en plus de place et malheureusement pour ma famille qui se plaint beaucoup mais heureusement pour le football.
Question : Comment se porte le football mauritanien ?
Ahmed Ould Yahya : Il va relativement bien, il est sur la bonne voie que nous nous sommes tracés. Nous avons des objectifs dont certains sont atteints. Mais nous sommes conscients qu’il nous reste encore du chemin à parcourir. Mais vu du retard pris, on peut se satisfaire de certains résultats même si nous savons qu’il nous faut encore des efforts. Encore une fois, nous sommes sur la bonne voie avec l’équipe qui m’accompagne à la Fédération de football.
Question : Comment percevez-vous votre championnat ?
Ahmed Ould Yahya : Un championnat très régulier avec un calendrier respecté à l’image de celui qui est en place sur le plan international. C’est un championnat qui démarre en septembre et se termine au mois de mai. En plus du championnat, nous avons la coupe de la ligue, du président de la République et d’autres compétitions préparatoires de la saison. Cependant, à l’image de la majorité des championnats en Afrique, il manque de visibilité notamment au niveau international. Mais ce n’est pas le cas au niveau local, nous avons une visibilité même s’il y a la concurrence des championnats étrangers à la télévision les week-ends. Nous faisons des efforts pour remédier à cela à travers nos moyens de communication avec notre unité de télévision et très bientôt avec une chaîne sportive qui sera lancée. Le championnat mauritanien va bien et la preuve est la participation à deux phases finales de CHAN. Cela reflète la valeur des joueurs locaux mauritaniens.
Question : Que faites vous pour augmenter le nombre de licenciés ?
Ahmed Ould Yahya : La Mauritanie il faut le rappeler compte 3.200.000 habitants et nous sommes un peu comme l’Uruguay dans le football sud-américain. Actuellement, nous avons 12.061 licenciés répartis sur les différentes compétitions organisées régulièrement. Nous avons un championnat de division 1 avec 14 équipes, la super D2 à 16 clubs et un championnat régional dans chaque région qui est considérée comme la D3. Ensuite, nous avons des compétitions avec toutes les catégories d’âge en U20, en 17 et en U15. Ce sont des compétitions bien organisées et régulières. L’objectif est de constituer une élite de haut niveau et lancer très prochainement une ligue professionnelle.
Question : Pouvez-vous nous parler de votre projet de complexe hôtelier au siège de la Fédération et d’un stade de 80.000 places ?
Ahmed Ould Yahya : La Fédération dispose d’un complexe sportif où est basé le siège de la FFRIM et plusieurs terrains d’entraînement en synthétique, l’académie, de plusieurs bâtiments, le centre d’hébergement, le siège de la Ligue de football, la DTN, le siège de la Fédération avec l’amphithéâtre. Nous avons effectivement l’ambition de construire un hôtel fédéral qui pourrait abriter les équipes nationales et d’élargir un des terrains qui sera porté de 1000 à 9000 places. C’est ce stade qui va accueillir les prochains matchs de l’équipe nationale en attendant la réhabilitation du stade olympique de Nouakchott qui est en cours de réfection et de réhabilitation.
Question : Comment évolue la politique de détection des jeunes ?

Ahmed Ould Yahya : Le plan stratégique de détection a été mené à bien. C’était une vaste opération de détection qui a touché 2700 jeunes et a donné comme résultat la sélection de 28 joueurs qui sont pensionnaires de notre académie. Ces jeunes sont les pensionnaires de l’académie de la Fédération de football. Il faut ajouter que les clubs font aussi des opérations de détection et ils sont soutenus et accompagnés par la Fédération de football.
Question : Qu’est qui est mise en place pour le développement du football féminin ?
Ahmed Ould Yahya : Le foot féminin fait son chemin en dépit des difficultés liées aux habitudes, à la religion et aux coutumes. Nous avons un championnat de football féminin et un autre pour les jeunes. Pour les seniors, c’est 12 équipes qui ont fait la compétition. Il y a 16 équipes en U17. L’année dernière, nous avons organisé un festival en collaboration avec la FIFA et la participation du département du football féminin de la Fédération sénégalaise de football. Nous avons aussi organisé un séminaire des différents acteurs pour le foot féminin. Mais, il faut le dire, nous sommes encore à un niveau débutant.
Question : Que comptez-vous faire pour une meilleure visibilité du football mauritanien ?
Ahmed Ould Yahya : Nous fournissons des efforts pour rendre notre championnat visible. Nous avons notre propre unité de production et nos images sont données aux télévisions locales mais elles sont aussi présentes sur Youtube, sur notre site Internet, les réseaux sociaux. Nous envisagerons de lancer une chaîne de TV en collaboration avec la TV mauritanienne dédiée totalement au sport à partir du 28 novembre, les matchs de la D1 seront diffusés en direct. La chaîne sera sur ArabSat et après on verra s’il pourrait être sur la chaîne Canal.
Question : En matière de politique fédérale, avez-vous une fédération modèle ?
Ahmed Ould Yahya : Pour nous, toutes les fédérations sont des modèles. Nous suivons tout le monde et nous essaierons de leur emboiter le pas. On admire celles qui font des résultats et nous essaierons d’en tirer le meilleur profit.
Question : Quelles sont les attentes et les ambitions de la Mauritanie au CHAN 2018 ?
Ahmed Ould Yahya :  Nous venons en compétiteurs même si nous sommes les petits poucets. Ce sera une compétition très relevée mais nous ne venons pas en victime expiatoire. Nous voulons défendre crânement nos chances avec humilité mais aussi beaucoup de courage.
Question : Le football mauritanien envisage-t-il d’organiser à court et moyen terme des compétitions au niveau zonal ou continental ?
Ahmed Ould Yahya : Nous sommes engagés dans une politique d’érection d’infrastructures sportives. Mais après, il est effectivement envisager l’organisation de compétitions. Je peux vous assurer que cela fait partie de nos programmes. Et pour la CAN, s’il y a une volonté politique, la Mauritanie peut bien organiser une CAN à 24. Ce qui permet au pays de se doter en infrastructures routières, hôtelières et hospitalières sans compter les stades.
Question : Et la politique générale de développement du football mauritanien ?
Ahmed Ould Yahya : Nous travaillons pour progresser. Nous sommes encore loin du compte mais nous avons obtenu des résultats tangibles notamment avec deux qualifications en CHAN. En éliminatoire de la CAN 2017, nous sommes arrivés 2-ème de notre poule derrière le Cameroun futur vainqueur. Au niveau des jeunes, nous poursuivons le travail.
Question : La Mauritanie naturalise-t-il des footballeurs sénégalais ?
Ahmed Ould Yahya : La Mauritanie est un pays multiculturel et multiracial. Notre capitaine Abdoul Ba qui a un patronyme qu’on trouve au Mali, au Sénégal est un Mauritanien de pure souche. Il est apparenté à notre ministre des sports, Coumba Ba. Tous les joueurs qui portent le maillot mauritanien sont de notre pays. Ils sentent plus mauritaniens que moi d’ailleurs.
Question : La CAN avec 24 équipes, n’est ce pas un risque de dévaluer sa valeur marchande ?
Ahmed Ould Yahya : Je ne pense pas parce que je reste convaincu que toutes les décisions qui ont été prises dans ce sens vont dans l’intérêt du football africain. Et c’est dans le même sens que je vois la tenue des compétitions en juin.
Question  : Une anecdote sur le renvoi d’un technicien qui a des origines camerounaises lors des éliminatoires de la CAN 2017 !
Ahmed Ould Yahya : Ce n’est pas avéré d’autant plus que la personne en cause, travaille actuellement dans un grand club mauritanien. La vérité est qu’il est venu avec notre ancien sélectionneur, Patrice Neveu et son contrat n’a pas été renouvelé comme celui de Neveu. Mais il continue à vivre et à travailler dans un club mauritanien.
Question : Quel est votre secret ?
Ahmed Ould Yahya : Je suis flatté que des gens me citent en exemple. Nous n’avons pas de secret, seul nous importe le devenir du football mauritanien.
Question : Quid de l’organisation d’un séminaire de la Fifa prévu par Gianni Infantino en Mauritanie avec des fédérations africaines ?
Ahmed Ould Yahya : Oui, le projet existe et il doit avoir lieu en début d’année prochaine. Nous travaillons avec les collaborateurs du président de la Fifa pour avoir la meilleure date.
Question : Quels sont vos rapports avec votre coach ?
Ahmed Ould Yahya :  Des rapports de travail, je ne suis pas là pour m’immiscer sur le choix, j’ai vraiment beaucoup d’autres choses à faire. Depuis qu’il est là, il fait bien son travail, nous sommes contents du travail qu’il est entrain de faire.

Ahmed_YAHYAIMG_6896

IMG_6972

Journaliste / Consultant Football , Web, Radio et TV
CEO de www.mauritaniefootball.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>